Philosophie critique de l'astrologie




LA FREQUENCE MÉTRONOMIQUE DU RARE INFIRMÉE

ou le costume vide de SBM




Astroemail 125



SBM (Serge Bret Morel) s’est fait une notoriété en maniant habilement le paradoxe selon lequel, en astrologie, le rare est fréquent, à propos d’une réponse publiée, sur un ton enlevé, à Elizabeth Téissier dans sa prévision relative à l’affaire Strauss Khan en juin 2011.


Sur la base de la fréquence des relations d’Uranus, SBM affirmait, plus qu’expliquait, que le rare était somme toute banal, puisque la planète se distribue sur tous les points du thème natal. En la matière SBM amalgamait entre eux les positions réelles planétaires, avec les points fictifs, notamment ceux du référentiel de la carte, à savoir les angles. Il écrivait ainsi : « Nous sommes alors aux alentours de 100 configurations astrologiques rares pour Uranus sur… 84 ans, soit plus d’une configuration astrologique «rare» par an en moyenne. »… « On comprendra pourquoi il n’est pas vraiment naturel d’invoquer, ou de considérer, que de telles configurations astrologiques sont vraiment «rares».


SBM lie le rare à la fréquence, invoquant comme argument essentiel celui de la régularité d’horloge d’Uranus, dont les aiguilles, ses relations, passant sur les principaux chiffres du cadran zodiacal marqueraient l’heure « des événements particuliers ». En somme la mécanique de la régularité du complexe banalisée au quotidien. Plus de surprises, ni d’imprévus, puisqu’on les trouve en promotion avec 50% de remise tous les jours au coin de la rue.


Il y a lieu de revenir sur son paradoxe, car depuis la publication, en Juin 2013 de l’article  les « Explication Inopérantes », dans Astroemail 125. Il apparaît que le paradoxe de SBM dépend d’un mode unique de distribution, où  figurent beaucoup de lapins. Dans une proportion allant en moyenne de 45 à 80% de l’ensemble des données.  


D’une part, parce que SBM  applique au rare, le paradoxe énoncé par Cicéron, aux paragraphes V et VI et XXVIII du De Divinationae de la maxime selon laquelle les Prodiges ne sont pas prodigieux. Sans donner de valeur ajoutée supplémentaire. Une simple imitation, pratiquement inapplicable.


D’autre part, parce que SBM emploie un biais pour soutenir des assertions. Et notamment il faut, à ce sujet, exposer la Diagonale de Diagoras, en matière de discours asymétrique, montrant son ignorance, ou sa niance, des Niger Cygnus, les Cygnes Noirs de Juvénal.


En effet, les événements rares ne sont pas calculables. En astrologie y compris. Pour s’en faire une idée plus précise, l'enseignement d’un philosophe empiriste des Sciences du Hasard, sur l’approche entre l’épistémologie et les Sciences de l’Incertitude à l’Institut Polytechnique de la New York University.


Architecture du Hasard et Paradoxe de l’astrologie

texte  annoncé sur ce site Janvier 2016

 



le costume vide de SBM




- "Costume Vide" de Bret Morel définie par Taleb (IPNYU)

personne passant pour un expert, sans posséder nécessairement les aptitudes requises pour occuper cette fonction, expérience relative et ou insuffisante


- Discours asymétrique, ou méthode de la connaissance objective mise au point par le philosophe Karl Popper, employée en sciences de la conjecture, expliquée dans "la connaissance objective" Champs Flammarion 550 pages 13 euros.








                                                           


"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                           Médiation Extra Judiciaire   Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702