actualité de la consommation des produits du ciel et de l'espace

AUG 11  UN ETE ANTI ASTROLOGIE


posted by felicita on August 11, 2014 8:59 | under METHOD



UN ÉTÉ ANTI ASTROLOGIE
 
 

objections et réfutations à examiner




Les points de vue, et les arguments fondés, de celles et ceux opposés à l'astrologie

 

par claude thebault, Kaunas


LES RAISONS D'OUVRIR LE DÉBAT DE L'ANTI ASTROLOGIE

Jean Paul Krivine, Rédacteur en Chef, de Sciences et Pseudo Sciences,la revue des Sceptiques, écrivait dans SPS que le ciel des astrologues date de 2000 ans. Une formule choc à l'emporte pièce, significative, nécessitant une remise en perspective à raison du décalage. Car, en effet, le ciel représenté aujourd'hui avec les Roues de Pythagore, ne date pas de l'empire romain. Il est en revanche approprié de soutenir, et sur ce point Jean Paul Krivine observe avec raison un fait patent, les astrologues regardent le ciel actuel avec des outils vieux de 2000 ans. Ciel de 2000 ans d'âge, outils de représentation ayant cette pâtine surannée, ces images suggestives témoignent d'une arriération extrémement préoccupante.


Les astrologues refusent de s'adapter aux changements intervenus en 1609 dans la représentation du ciel. C'est un fait que l'on doit acter à leur encontre pour les condamner.


Ils continuent de croire, et de penser, que les planètes font la farandole autour de la Terre, Soleil y compris, alors que c'est le contraire. Sur ce point les cartes, et billets de l'Observatoire de Paris, publiant des projections et écrits mensuels de nature géocentrique, contribuent à maintenir les astrologues dans l'abêtissement. C'est certainement volontaire, afin que personne n'y comprenne plus rien. Soyons honnête, lorsque l'on en fait la remarque, par email, à l'astronome de l'Observatoire, il reconnait sans difficulté que le système solaire est héliocentrique, et que les informations publiées, "non scientifiques", il le précise, sont "faites pour le public". Cela rappelle malheureusement les pratiques millénaires des prêtres égyptiens reservant leur savoir aux initiés.


En conséquence, si les astronomes, sur leurs sites officiels, ne diffusent aucune information de nature héliocentrique, pour informer régulièrement le public des positions réelles des astres, Jean Paul Krivine devrait en priorité s'en émouvoir auprès du parrainage scientifique de SPS composé d'éminents astrophysiciens dont Jean Claude Pecker (membre correspondant de l'Observatoire de Paris) . Ensuite il aura toute autorité de formuler ses remarques contre l'astrologie et les astrologues.


Jean Paul Krivine, quelque soient les sensibilités, a de toute façon mis le doigt sur un problème fondamental de Mécanique, en pointant le faux système des bielles et des pistons employés par les astrologues dans la distribution des échappements planétaires.


Citons, à la suite de cette observation principale, 3 conséquences majeures directes.  


1)- Les astrologues avancent et reculent les planètes dans leurs déplacements sur une piste unique. Ces aller et retour sont inobservables dans la réalité.

       

      .Il en résulte de fausses représentations du ciel.

      .Des localisations longitudinales fantaisistes erronnées


Les planètes sont ailleurs qu'aux positions où les éphémérides astrologiques les situent  


2)- Les temps de révolution planétaires sont artificiels. Celui de Mercure est quadruplé pour boucler l'année. Celui de Mars doublé. Ayant pour conséquence d'établir des analyses (horoscopes) pré ou post visions, sur des localisations fictives et imaginaires. Les éphémérides astrologiques sont "adaptées transformées" des données du JPL de la Nasa, ce qui explique que leurs aspects angulaires correspondent la plupart du temps à des fantomes, et que certains posent des lapins.


3)- Les pratiques scindent les astrologues en deux catégories principales. Les tropicaux d'une part. Les sidéralistes de l'autre. Une scission pour des motifs autant zodiacaux que de prise en compte, présumée, de la précession des équinoxes.


Cette distinction amène les uns (tropicalistes) à s'engager dans la continuité des grecs de l'antiquité. Les autres (sidéralistes) "s'indhouistent" en projetant leur zodiaque à plusieurs centaines d'années lumière, sans que, finalement, les Roues de Pythagore ainsi produites ne subissent de changement majeur.


Puisque tropicaux, comme sidéralistes, continuent d'avancer et de reculer les planètes dans leurs déplacements en observant entre eux un écart temporel variable de navigation. Dont l'origine se trouve dans l'adoption d'une échelle temporelle julienne. Le prétexte de la précession des équinoxes s'étant ainsi effacé de lui même.


Les seconds se prétendent scientifiques. Une vanité pompeuse et bouffie. Car la précession de l'équinoxe terrestre, épouvantail à astrologues à l'usage exclusif des astronomes procustes, n'affecte pas les vitesses de pérégrinations planétaires.


Les sidéralistes sont si peu instruits, et érudits, qu'ils imaginent les planètes du système solaire traverser l'infini des constellations de la ceinture céleste. Ce dont elles sont physiquement bien incapables, lestées comme elles le sont chacune sur leurs orbites.


Finalement les sidéralistes déplacent le ciel aux limites des repères galactiques sans autre modification qu'un retard de navette, en s'attardant, et en décalant, avec une échelle temporelle, les locomotions planétaires. Aboutissant ainsi à de nouvelles erreurs de localisation, sources régulières de railleries.


Ainsi le tropicaliste Marc Cerbère d'astrenet affirmait le 25 juin 2014 que l'opposition Mars Uranus s'était formée le jour même. Sans constater d'accident aérien.


Le sidéraliste Bernard Duchatelle, dit Bernard l'Astrologue, renchérissait à son tour 3 semaines plus tard en affirmant que c'était le 17 juillet 2014 que Mars et Uranus s'opposaient. Constatant dans un horoscope rétrospectif, et de post vision, que les deux planètes s'étaient entendues entre elles pour crasher le vol Malaysia Airlines en Ukraine. Au motif que le ciel était aux accidents aériens meurtriers.


L'astrologue enchanteur est-il meilleur que le monstre languedocien des portes de l'enfer? Pour la raison qu'un avion fut abattu en vol tuant 298 passagers? Le 04 août 2014 la compagnie Singapour Airline publiait une dépêche selon laquelle, au même endroit dans le ciel de L'Ukraine, ce même 17 juillet 2014, à 3 minutes du boeing de la Malayssian Airlines, elle assurait le vol Copenhague Singapour SQ 351, lequel s'effectua sans incident. Tous les passagers arrivèrent à Singapour sains et saufs (1).


La preuve est ainsi apportée que le ciel n'était ni plus, ni moins, accidentogène au dessus de Donetsk en Ukraine ce 17 juillet 2014. Bernard l'astrologue s'est donc couvert de ridicule avec ses justifications rétrospectives, destinées à faire coller un mensonge avec une tragédie.  


Le problème de fond se situe ailleurs que dans le fait de savoir, lequel des deux rédacteurs d'horoscopes, avait raison ou tort. Quelles étaient exactement les positions orbitales réelles de Mars d'Uranus les 25 juin et 17 juillet? (2)


Le 25 juin Mars était à 236° de longitude et Uranus à 13°. Faisons la différence 236-13= 223°. Le tropicaliste était abusé par ses logiciels et ses éphémérides.


Le 17 juillet Mars était à 247° de longitude et Uranus à 13°. Faisons la différence 247-13=234°. Le sidéraliste était lui aussi induit en erreur par son matériel.


L'un et l'autre, et les deux ensemble, vivent dans l'antiquité du ciel dénoncé avec raison par Jean Paul Krivine. D'ailleurs, sur leurs sites, leurs représentations du ciel sont d'une naïeveté et d'une ignorance affligeantes.


A cette fausse Mécanique, bricolée, s'ajoute une compréhension erronée.


En 240 Sextoy Empirikoy (son véritable nom grec), médecin philosophe de l'école sceptique de Pyrrhon écrivait, dans ses Hypotithoses, 20 pages de réfutations générale des pratiques, en s'adressant également, aux spécialistes de la divination d'alors, les Chaldéens de Babylonie, ainsi qu'aux astrologues pythagoriciens, adeptes du principe élaboré par Posidonius d'Apamée, de la "sympathie entre le ciel et la terre". On dira au Moyen Âge "ce qui est en haut est comme ce qui est en bas". Puis ensuite "le macrocosme et comme le microcosme".


Sextoy, dés sa première réfutation, déniait aux Chaldéens, ainsi qu'aux astrologues, l'appellation de mathématiciens, au motif, déjà, qu'ils employaient des "ciels' différents de celui des astronomes. Qu'ils se servaient majoritairement d'anaphores, sans observer les réalités réelles :


"De l’astrologie ou de ces mathématiques dont le dessein est d’interroger ce qui n’est clairement constitué de geométrie et d’arithmétique, nous disons effectivement contre ceux professant cette discipline, ce ne sont ni la force ni la faculté de prédire, qui sont auprès d’Eudoxe, d’Hipparque et de leurs semblables, "

traduction du grec ancien par Astroemail du début de Contre les Astrologues


Du Jean Paul Krivine de l'antiquité. Même observation, que celle répétée en 2009.


Les objections de Sextoy restent d'actualité, reportez-vous au paragraphe, ci dessus, opposant le monstre languedocien infernal, et l'astrologue enchanteur, sur les vols aériens.


Pour toutes ces raisons, nous lançons en plein été, et les mois suivants, le débat de l'anti astrologie, afin d'exposer les arguments, et les remarques fondamentales.


Vous trouverez dans Astroemail 133 un dossier détaillé sur les éléments mécaniques de la Lune. Vous comprendrez les raisons pour lesquelles, tenue en laisse, elle n'a pas l'autorisation de se balader, avec les autres planètes, sur les grands boulevards circulaires de l'espace. Vous éviterez ainsi les confusions habituelles des astrologues. Informés de la réalité des rotations vous rechercherez alors les "vrais noeuds" car ceux des astrologues sont TOUS faux, sans aucune exception. Y compris chez ceux se réclamant de l'astrométrie pratiquante.


Petit Mémo des dysfonctions

- travail sur un ciel vieux de 2000 ans inadapté aux réalités

- pseudos données astronomiques transformées

- les planètes ne circulent JAMAIS sur un boulevard unique

- la lune n'a pas l'autorisation de se promener toute seule avec les planètes

- à l'exception particulière de la lunaison la lune ne forme pas d'aspect avec les planètes

- positions planétaires erronnées ne correspondent pas aux positions orbitales vraies

- temps planétaires bricolés : mercure quadruplé pour tenir l'année, mars doublé

- le soleil revient 13 fois dans l'année à même position et non 1 fois tous les 365 jours

- la lune n'est JAMAIS là où les astrologues la situent

- les noeuds des astrologues sont TOUS faux. Il n'y a ni noeud moyen, ni vrai, il n'a que le noeud ascendant et le noeud descendant, jamais éloignés de plus de 15°, et oui les 180° des astrologues une invention de plus

- l'astrologie est vraisemblablement une application divinatrice du calendrier de l'antiquité




claude thebault


abstract d'analyse de personnalité publié dans Astroemail 133

Jupiter et Uranus sont-ils des développeurs de carrière? Yves Lenoble publiait, dans son hommage à Suzel Fuzeau Braesch, une post vision analytique corrélant la progression de carrière de la disparue à une périodicité Jupiter Uranus de 14 ans. Qu’il trouva, apparemment, dans sa Roue de Pythagore. Conjonction de naissance. Conjonction ensuite d’orientation de carrière. Conjonction diplômante, puis enfin conjonction de responsabilité et d’autorité professionnelle. Avec l’amnésie que la 4e conjonction  marquait aussi sa rencontre fatale avec les statistiques astrologiques. Alors illusions de causalité, ou simple sophisme de confirmation l’essai de justification rétrospectif d’Yves Lenoble ? Comment démystifier cet épiphénomène? En appliquant « la cause de Granger » par l’observation des séquences d’événements. A est-il vraiment la cause de B ?

(Clive Granger prix nobel d’économie).

 
 
 
Astroemail 133
 
 
 
 

à Timon de Phlionte :

« il faut s’attaquer à 3 points. Quelle est la nature des choses. Quelles dispositions nous devons entretenir à leur égard. Quel gain à agir ainsi. Disons à propos de chaque chose en particulier pas plus qu’elle est ou qu’elle n’est pas, ou qu’elle est et n’est pas, ou que ni elle n’est ou ni elle n’est pas. »

  


08/14


(1) Un autre avion près du MH17 avant le crash Le Figaro 04/08/2014

Un avion de ligne de la compagnie aérienne Singapore Airlines (SIA) était à quelques minutes du Boeing de la Malaysian Airlines (vol MH17) lorsque celui-ci s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine, a indiqué aujourd'hui un ministre singapourien. L'appareil qui assurait la liaison Copenhague-Singapour (vol SQ351) était à seulementà une distance de quelques minutes en avion, a déclaré le ministre singapourien des Transports Lui Tuck, devant le Parlement de la ville-Etat, pays voisin de la Malaisie


(2) ephemeris calculation based upon Moshier's analytical, the lunar ephemeris ELP2000-85 of Chapront-Touzé and Chapront for the moon, and Jean Meeus algorithms


comments (0)




post comment

your name*

email address*

comments*

verification code*
 




GDB


Depuis 2003 gauthier de bruges anime des rubriques, et publie dans Astroemail, revue mensuelle d'informations vendue par email. Ses prévisions attirent l'attention sur des évolutions importantes de la société. Consultez les rubriques "Résultats" de ce site pour votre information, ainsi qu'"Éclairages" dans laquelle il livre ses sujets de réflexion.


Ce blog permet de développer des points de vue à chaud, en réagissant à des faits d'actualité, sans nécessairement les développer dans un article d' Éclairage.



TAGS




RECENT POSTS


RSS



ARCHIVE





TOPICS



admin*




®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702


 Web Hosting