DSK/BANON: classement de plainte



un baiser pour compte...



Mots clés : dsk,strauss khan,banon,tristane,marie caroline,plainte viol,agression sexuelle,banon agressée


Il faut savoir conclure une prévision en rendant compte de ses aspects et manifestations...    


L'analyse


Par gauthier de bruges, Passage de l'Étoile



JEudi 13 octobre 2011 le Parquet de Paris classait sans suite la plainte de Mlle Banon à l'encontre de Dominique Strauss Khan pour tentative de viol. Confirmant ainsi la prévision rédigée, et publiée début juillet 2011 par Astroemail, sur ce site, sur l'issue réservée à cette demande. Relisez le texte d'Éclairage Dsk Vengeances de femmes.


- DSK/Banon : le parquet classe la plainte sans suite.Trois mois après le dépôt de plainte de Tristane Banon contre DSK, pour tentative de viol en 2003, le parquet de Paris a décidé de classer l'affaire sans suite, même si la justice a reconnu qu'il y avait bien eu «agression sexuelle». Mais pour ce seul chef d'accusation, il y a prescription trois ans après les faits.La plainte est donc classée.Le Parisien 13/10/2011



Une agression pour un baiser. Cela clôt tout. C'est habile!


La prévision du classement sans suite a été publiée 3 mois avant l'événement, en des termes clairs, sur la base d'un raisonnement astrologique dont les données sont ci dessous rappelées.


-Quoiqu'il en soit dans l'avenir proche, on relève, dans le thème de Mlle Banon, la présence de Saturne en Vierge, laquelle sera transitée par le long transit de Mars, exactement du 27 au 30 novembre 2011, puis en mars et mai 2012. DSK possède Saturne frontalier Lion Vierge, et ce transit le concernera en mars et avril 2012. A la différence qu'il porte un aspect Mars Saturne, et non Mlle Banon. On note aussi que la position Pluton Balance de Mlle Banon sera transité par Saturne la première quinzaine de septembre 2011.


Sur ces bases on peut envisager que sa constitution auprès du Parquet soit classée en septembre pour insuffisance d'éléments.


L'analyse du thème de Marie Caroline Banon, fille du milliardaire franco israélien Gabriel Banon, et belle soeur du ministre du commerce extérieur de Sarkozy, Pierre Lellouche lui aussi hébreu, cela ressemble à un différend communautaire avec les origines de DSK, mettait en évidence les mouvements de deux transits, sur Saturne de naissance en Vierge, et Pluton en Balance, sans aspects avec les planètes transitantes. Cela signifiait que ces passages seraient sans incidences notables. Pour Saturne lors du transit de Mars en 2012. Pour Pluton en 2011 lors du passage de Saturne.


Alors qu'en revanche, si ces deux planètes étaient aspectées par celles des transits, on pouvait en déduire des développements sur la période considérée, ayant des conséquences dans sa vie personnelle. Et sur ses actions, en fonction des maîtrises et des secteurs en cause.


On comprenait que son dépot de plainte correspondait à une action ciblée, en résonnance avec l'actuel séjour d'Uranus en Bélier, ayant débuté en mars 2011, à raison du fait que Mlle Banon est porteuse dans son thème d'une liaison Mars Uranus. Et donc qu'elle se comporterait comme la mouche du coche en tapant sur DSK comme avec un marteau sur une enclûme. Car Mars en Taureau marque autant la violence que l'obstination entêtée et parfois obtuse. Mais c'est son droit, et elle l'assume.


Au lieu d'aller en justice les protagonistes auraient certainement mieux agi en consultant un rabbin.


Sur la base des éléments astrologiques ci dessus cités, la prévision a été établie et publiée, avec un repère de datation, le mois de septembre. En estimant qu'au cours de cette période les informations nécessaires au classement seraient produites, et que la procédure serait alors close. Dans les faits, les auditions importantes, et la confrontation eurent bien lieu en septembre, ainsi que l'intervention télévisée de Strauss Khan le 18, au JT de TF1, puis en fonction des délais de traitement administratif, et la transmission au Palais de Justice de Paris, la décision de classement fut rendue publique avec un délai de 13 jours supplémentaires à la date indiquée.


L'astrologue a remis son travail, s'est efforcé de procéder à la vérification des faits concrétisés, et les a livré aux lecteurs afin qu'ils vérifient par eux mêmes la concordance entre l'événement anticipé et l'actualité matérialisée.


Au surplus l'astrologue a explicité une partie de son raisonnement.


Désormais, quoiqu'il arrive, le dossier DSK est lui aussi classé à propos des analyses d'Astroemail le concernant. Il importait de savoir le devenir des poursuites engagées aux États Unis, et en France en 2011. C'est désormais chose faite.


Pour Mme Diallo Astroemail, dans son Éclairage "la femme de chambre" paru début juin, prévoyait qu'elle mentait, et que l'affaire se résolverait à partir de son comportement. Ce qui est arrivé d'une part avec le rapport du Procureur Vance rendu public le 1er juillet selon lequel Mme Diallo avait menti et fait de faux témoignages dans la procédure. D'autre part avec le dépôt en août 2011 par le même procureur Vance de sa demande de retrait, et de désistement, acceptée et validée, par le juge américain.


Pour Mlle Banon, le classement prévu de sa plainte est advenu le 13 octobre 2011. Avec un décalage de 13 jours, faut-il en vouloir à l'astrologue?


Mlle Banon peut engager toutes les autres procédures supplémentaires de son choix, elle en a le droit, et c'est son problème.


Cet éclairage était nécessaire, dans la mesure où il apparaît que l'astrologue doit terminer son travail, en examinant les modalités dans lequelles son analyse s'est manifestée, et les formes de sa concrétisation.  


Le mécanicien Jean Pierre Garnier Mallet expose, dans sa loi de dédoublement du temps, que nous en avons une perception périodique et discontinue. Ainsi dans le quotidien nous ne nous rendons aucun compte que nos réverbères s'éteignent en réalité tous les cinquantièmes de seconde, et se rallument. Et que notre mémoire fonctionne en mode stroboscopique alternant souvenirs marquants et oublis. Notre vie individuelle n'étant qu'une succession d'instants perceptibles à la rémanence inégalement conservée.


Il en déduit que nous créons du futur à chaque instant en projetant une pensée, car l'homme est un être agissant tridimentionnellement dans le temps. Il est le seul à intervenir simultanément dans son passé, son présent, et son futur.Il considère que le présent n'est que le retour d'un futur créé par le passé. C'est à dire une actualisation.


Ainsi notre présent ne serait qu'une actualisation permanente de futurs potentiels issus du passé.Et sa loi postule que chacun de nous vit en double, communiquant ensemble par des "ouvertures temporelles imperceptibles" de temps ralenti, selon un mode d'anticipation.Les Sumériens ont les premiers associé l'apparition d'un événement (ou présage), à une réalisation concomittante (pronostic) en fonction d'observations similaires survenues dans le passé. Une liaison objective entre deux faits sans rapports. Le grand sumérologue Jean Bottéro en déduisit, dans son ouvrage Mésopotamie l'écriture et les dieux, le fondement de la divination déductive à l'origine de la pensée scientifique.


Or notre temps n'existe que parce que nous vivons sur une planète ayant une révolution sur elle même, estimée par le Bureau des Longitudes à 86 400 secondes, soit 1d l'unité de temps correspondant à 1 jour.


Sur une autre planète, ayant une durée de révolution différente, notre perception du temps le serait aussi, en extension ou en réduction, ainsi que notre action tridimensionnelle.


Ces faits exposés permettent de dire que si chacun de nous dispose de la faculté d'anticipation de ses futurs, par la pensée, selon une théorie de dédoublement, validée scientifiquement, pour autant cette faculté nous met inégalement en état de prévoir les devenirs. Tout le monde peut anticiper, cependant sans deviner les dimensions du ou des probables.


L'astrologue, selon le postulat conçu par Astroemail, en fonction de son ascèse et de sa perception, accède vraisemblalblement par l'expérience acquise à un état équivalent à un mode d'hyperincursion, lui permettant, par une méthode de lecture, d'anticiper et de mémoriser un futur sans l'expérimenter dans le présent, tout en indiquant ensuite les moyens d'actualiser ce potentiel.


L'astrologue ne contrôle ni le mode d'écoulement du futur, ni ne choisit entre toutes ses virtualités laquelle retenir. Il ne fait qu'une lecture de ses potentiels, et livre les modalités de ses manifestations et modes de matérialisation. Les individus, via leurs doubles, optimisent l'un de ces possibles futurs dans leurs quotidiens, et lui donnent corps.


Ainsi les féministes créérent des pensées nocebo afin de manifester une probable poursuite de Strauss Khan conformes à leurs attentes idéologiques.


Ses adversaires politiques aussi quelque soient leurs attaches partisanes. Ainsi que Mlle Banon et son avocat, et toute la masse des personnes hostiles pour des motifs légitimes. Il en résulta un considérable parasitage composé d'un potentiel collectif de multiples créations de futurs cahotiques.


La lecture événementielle, en écho du temps, du potentiel de Mlle Banon donnait de l'improbable. Il fallait chercher les lignes du futur chez elle, non chez Strauss Khan. Car elle avait la qualité de plaignante.


Il reste désormais une accumulation considérables de potentiels nocebo générés depuis juin 2011 à l'encontre de Strauss Khan. Cette énergie nécessairement se transformera lorsqu'une actualisation permettra sa décharge. Sous quelles formes?  



gauthier de bruges 10/11 copyright Astroemail



















"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


                           Médiation Extra Judiciaire   Engagement consommateur   droits intellectuels

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702