LES PRECURSEURS




les initiateurs...



Mots clés : Oannes,Uanna,berose,berosius,berosos,abgal,adapa,shukallituda,sukaletuda,michel notre dame,nostradamus,fakir birman,fakir de paris


Des grandes figures, des devanciers, des annonciateurs précèdent, anticipent, et surpassent leurs époques, en léguant à la postérité des outils indispensables afin d'assurer l'évolution de l'astrologie à travers le temps...    


L'analyse


Par gauthier de bruges, Passage de l'Étoile



L'astrologie doit à un moment ou un autre, au cours de son évolution, regarder en arrière et mettre en évidence les faits, et les personnalités marquantes de son histoire. Si l'on part de la légende, et du mythe, on observe l'apparition de trois stéréotypes principaux, dont les activités statufièrent l'image de l'astrologie des origines à nos jours.


La Légende

Selon un texte, dont l'auteur est le premier stéréotype du praticien de l'astrologie, sept sages civilisateurs apportèrent la connaissance des techniques aux hommes qui menaient alors une existence inculte sur les bords de la Mer Rouge.


Leurs surnoms étaient Adapa, ou sages, et le premier à se manifester s'appelait U.an.na. Bérose traduisit en grec le nom de ce premier civilisateur "venu de la mer" Oannès. Historiquement il situa son action sous le règle du premier roi Antédiluvien Alôros, Alulim ou Ayalu, selon les langues employées pour écrire son nom.  


"En Babylonie, quantité d'hommes venus d'ailleurs s'étaient installés dans la Chaldée, où ils menaient une existence inculte, pareils à des bêtes. Une première année, alors, apparut là, sur le rivage, un monstre extraordinaire sorti de la Mer Rouge et appelé Oannès. Son corps entier était celui celui d'un poisson, avec, sous la tête (de poisson), une autre tête (humaine) insérée, ainsi que des pieds, pareils à ceux d'hommes  -sihouette dont on a préservé le souvenir et que l'on reproduit encore de notre temps. Ce même être vivant, passant ses jours parmi les hommes, sans prendre la moindre nourriture, leur apprit l'écriture, les sciences, et les techniques de toute sorte, la fondation des villes, la construction des temples, la jurisprudence, la géométrie; il leur dévoila pareillement la culture des céréales et la récolte des fruits: en somme il leur donna tout ce qui consititue la vie civilisée.Tant et si bien que, depuis lors, on n'a plus rien trouvé de remarquable. Au coucher du soleil, ce même monstre Oannès replongeait en la mer pour passer ses nuitées dans l'eau : car il était amphibie. Plus tard apparurent d'autres êtres analogues ..."Bottéro Lorsque les dieux faisaient l'homme, Gallimard 1989, page 199 et suivantes.


Selon la classification historique des textes, ces êtres remontent à la période antédiluvienne. Sans rapport avec le plagiat littéraire des hébreux et leur faux Noe. Mais se rapportant aux rois classés sur la liste officielle répertoriant les souverains antédiluviens dressée par les Babyloniens, retrouvée par les archéologues en Irak. Le roi de la période diluvienne se nommait Ziusudra.


Ainsi le premier précurseur de l'astrologie est un sage civilisateur dont l'héritage principal a été de transmettre l'écriture. U.an.na est un ab.gal, un "très intelligent" en langage sumérien. De nos jours on le qualifierait de super expert des techniques, enseignant et diffuseur de savoirs. La première qualité d'un précurseur est de transmettre.


Les sept premiers Ab.Gal se nommaient : U'anna (Oannès), U'anduga (Annèdotos), Enmeduga (Euedôkos), Enmegalamma (Eneugamos), Enmebulugga (Eneuboulos), Anenlilda (Anèmentos), Utu'abzu (Odakôn).



Le Mythe

Le premier astrologue de l'histoire se nomme Shukallituda. Il était jardinier de son état. Son histoire a été déchiffrée en 1946, sur une tablette trouvée au musée d'Istanbul en Turquie par le grand sumérologue d'origine Ukrainienne Samuel Noah Kramer. Il intitula ce mythe sous le nom Inanna et Shukallituda, car le jardinier astrologue eut maille à partir avec la déesse de la violence et de la lascivité, notamment il abusa d'elle dans son sommeil, alors qu'elle se reposait dans son jardin.


Shukallituda devint le premier astrologue parce que malgré ses efforts en horticulture son jardin périclitait. C'est alors que l'idée lui vint d'étudier les signes et présages du ciel pour trouver une solution à son problème. Le texte sumérien est d'une grande limpidité, pour décrire l'opération


Alors il leva les yeux vers les terres d'en-bas

Il regarda les étoiles à l'est,

il leva les yeux vers les terres d'en-haut,

il regarda les étoiles à l'ouest;

Il contempla le ciel où s'inscrivaient les Signes.

Dans cette écriture céleste, il apprit les Présages

Il vit comment appliquer les Lois divines

Il étudia les Décisions des dieux

S.N.Kramer l'Histoire commence à Sumer pages 96 et suivantes Flammarion Champs Histoire


Les stéréotypes


Bérose (-300)

Prêtre de Bel Marduk (Marduk est mon berger) à Babylone, lors de la conquête d'Alexandre, il est connu pour son ouvrage Babyloniaka (-290 et -278), dans lequel il a transmis la légende d'U.an.na ainsi que les noms des sept premiers ab.gal, lesquels furent suivis de 7 autres. On dénombre en tout l'action de 14 civilisateurs conseillers. Le texte de Bérose est connu par divers auteurs latins qui en firent des citations, et les archéologues, ainsi que les sumérologues. Lesquels ont pu recouper ses informations, dans les textes de tablettes cunéiformes retrouvées. Au point que le grand spécialiste français dans la discipline, Jean Bottéro, a écrit dans sa Mythologie Mésopotamienne :

"Bérose, attaché au grand temple de Bel (Marduk), à Babylone, s'était donné pour tâche de mettre en grec, dans ses Babyloniaka notamment, les principales traditions de son pays sur les origines du monde et sa plus vieille tradition. (...) Bérose est un auteur sérieux, ce qu'il raconte, a les plus grandes chances de nous restituer -à peine déformé- ce que l'on se transmettait, autour de lui, depuis des siècles."


Bérose était prêtre astrologue en son temps, dans la tradition de l'exercice de ce culte tel qu'il était pratiqué en Mésopotamie, puis à Babylone. En sa qualité d'astronome il fit connaître un nouveau modèle de cadran solaire de son invention. Il se fit connaître en Grèce et les Athéniens lui érigèrent une statue pour son savoir. Il établit une école d'astrologie sur l'ïle de Cos.


Bérose est un précurseur de la transmission du savoir, et des connaissances, mais c'était aussi un praticien expérimenté de la consultation déductive telle qu'elle se pratiquait dans le temple à Babylone. Il a exposé la théorie dite de la Grand Année, qui pourrait s'apparenter au retour périodique de la Terre à sa position initiale à chaque cycle de polhodie de 26000 ans. Toutefois les travaux récents en astronomie mettent en évidence la variation de la rotation terrestre, et les polynomes du temps, issus du modèle de Simon (2003) nécessitent des corrections modifiant le calcul des composantes de la rotation du globe (cone d'ouverture de 23°26'21".406 du mouvement du pôle).




Nostradamus

Michel de Nostredame, nom catholicisé d'une famille juive de Saint Rémy de Provence, né en décembre 1503 (14 ou 21), mort le 2 juillet 1566 à 63 ans est connu comme apothicaire professionnel. Il se fit une réputation à partir de 40  ans, et pendant les 20 dernières années de sa vie, avec ses prédictions, publiées 2 à 3 fois par an dans des Almanacs, compilées de son vivant dans un recueil intitulée Prophéties. Il étudia l'astronomie et l'astrologie à l'Université d'Avignon, à une époque ou cet enseignement relevait en France d'une formation universitaire, en plus de sa spécialisation en herboristerie et en remèdes. Selon des études récentes sur ses publications, il apparait comme un astrologue assez médiocre.


La répression catholique conduite par l'Inquisition l'a contraint d'adopter un mode d'écriture hermétique comprenant le grec, le latin, le provençal et l'italien de son époque (cette langue n'ayant été unifiée qu'après Garibaldi au XIXe siècle), sur un mode virgilien, avec des jeux de mots, versifié en quatrains.


Il est le prototype de l'astrologue du compliqué et de l'incompréhensible, au message obscur, à interprétations multiples et contradictoires. Il publia à partir de 1550 plus de 6500 prévisions, et son commerce d'éditions d'almanacs 3 fois l'an lui procura une renommée considérable dans tout le royaume de France, jusqu'à la reine Catherine de Médicis. Ainsi que des revenus réguliers. Sa fortune à sa mort était estimé à la somme de 350 000$ us selon Wikipédia. Soit un peu moins de 300 000 euros. Il fit largement usage, comme d'autres astrologues moins réputés que lui, d'une nouvelle invention, l'imprimerie, inventée par Gutemberg, 100 ans plus tôt vers 1450.


Nostradamus, en inventant le mode d'écriture très particulier du message astrologique secret, mystérieux, énigmatique, à clés, impénétrable, est le précurseur du phantasme de l'insondable et de l'occulte. Compagnon inséparable de la transmission orale des mystères à un cercle restreint de néophytes. Il multiplie la communication de l'ignoré, du confidentiel et de l'ésotérique, par le nombre en supports écrits à destination d'un public instruit. En ce sens il est le précurseur de l'interprétation hermétique. Il est aussi le prototype de l'astrologue du secret, de l'énigme, et du Mystérieux Inconnu, dont les conjectures peuvent servir à toutes les époques et à tous les marchands de peur et de catastrophes. Il a ainsi créé un genre littéraire qui s'est dépuis largement diversifié.


On lui doit, à raison de son activité d'apothicaire, et de ses conseils en plantes et remèdes, la promotion de l'image populaire de l'astrologue de la santé et de l'herboristerie, association des planètes et des plantes. Il a ainsi ouvert la voie à la spécialisation de nombreux astrologues dans la médecine douce.


Aprés des siècles de communication du savoir astrologique, Nostradamus inventa la rétention, le brouillage du savoir, le codage de l'interprétation pour sa transmission à de pseudos initiés, et à ceux en mesure comprendre son message caché. A la différence des professionnels du message chiffré il ne laissa aucune clé de lecture afin de traduire ses textes en clair. Il n'avait aucun mérite car ses racines hébraiques l'y prédisposaient. En effet, la religion de ses ancêtres codaient le nom de leur divinité en n'écrivant que les consonnes YVTH. Il fallait alors en deviner les voyelles, Yavoth.


Nostradamus est finalement le précurseur des succès de librairie pour livres ésotériques obscurs.



Le Fakir Birman (1932-1939)


Au soir du 15 janvier 1932 un homme maigre, habillé comme Laurence d'Arabie, débarquant à Paris, fraichement arrivé de sa province, avec une édition des éphémérides de Raphael dans sa valise, prenait une chambre au 14 rue de Berne dans le 9e arrondissement. Le lendemain, 16 janvier il se payait une annonce, dans la rubrique cabinets d'occultisme, d'un grand quotidien du soir avec le texte suivant : "Dans l'ennui venez à lui, Fakir Birman 14 rue de Berne (de 10 à 19 heures)".


Et il attendit...nonobstant la parution quotidienne de son encart. En sept jours il ne vint que deux clients. Au prix de 72 francs (38 euros) le coût publicitaire hebdomadaire, il lui restait encore un gain, il facturait 100 francs (53 euros) la consultation. En sept années d'activité 502 000 clients, soit 1 français sur 80, le consultèrent. Un chiffre d'affaires moyen de plus de 50 millions de francs de l'époque. Soit 27 millions en équivalent euros, non compris ses autres activités d'édition et de promotion financière. Rares sont les professionnels à afficher le même résultat, y compris Barbault avec ses 500 000 consultations ordinateur d'astroflash de 1968 à 1971.


Comme Nostradamus Le Fakir, plus Français que Birman, publia lui aussi son Almanach en qualité d'auteur et d'éditeur. On en connait trois éditions. La première parue en 1937 fut un four. Il essuya une perte de 100 000 francs, environ 53 000 euros. La seconde édition de 1938, couvrit les frais laissant une marge bénéficiaire, ainsi que l'édition du Nouvel Almanach de 1939 selon toute vraisemblance. Il publia notamment une méthode pour gagner à la loterie, laquelle semblerait encore efficiente.


Le Fakir Birman de Paris est le précurseur de tous les astrologues vedettes, et personnalités mondaines, qui prendront sa suite après la seconde guerre mondiale. Mais il dépasse de beaucoup le Star System, en ce sens qu'il allie à la fois les qualités réelles d'un homme d'affaires, à celles d'un intellectuel et d'un novateur. En effet, il a su à son époque exploiter toutes les facettes de la publicité naissante pour installer son personnage, investir ses emplacements en fonction d'une étude de CSP et mettre à son service tous les moyens de promotion disponibles. Il est le pionner de l'horoscope radio sur le Poste Parisien, en payant un temps d'antenne quotidien de 40 mots, au prix de 150 000 francs l'année (79 500 euros). On est bien loin des 140 caractères de Twitter. "Ce n'était pas une mince affaire de condenser ainsi ce qu'on devait dire et je m'échinai sur les textes, recomptant des heures durant mes mots, comme un télégraphiste à son guichet" (Le Fakir Birman "mes souvenirs").


Il est le pionnier de l'horoscope de Presse, une totale innovation littéraire, ainsi que la création d'une rubrique quotidienne d'informations, celles en provenance des astres, inédite, dans les colonnes du quotidien Paris Presse l'Intransigeant dés 1932. La rubrique connut un succés international, au point de figurer depuis dans tous les quotidiens à travers le monde, ainsi que les grands hebdomadaires. Le Fakir ne demanda aucune royaltie, ni ne fit payer de droit d'invention, pour cette création. il serait aujourd'hui multi milliardaire.


Le Fakir sponsorisa les manifestations sportives, notamment le Tour de France. Il était présent dans tous les médias de son époque. Georgius créa tout spécialement une chanson satirique à son intention, que l'on peut encore entendre sur You tube. Laquelle conserve encore toute sa fraicheur et sa joie de vivre. "Il n"ya qu'un Fa Fa, il n'y a qu'un Fakir, pour parler du pa pa, du passé de l'avenir..."


Get Adobe Flash player


L'homme d'affaires était aussi un psychologue, ainsi qu'il ressort des pièces existantes relatives à ses consultations, comme des éléments de l'instruction engagée à son encontre par le Parquet de Paris, suite à une campagne engagée par la Presse de l'époque spécialisée dans le chantage crapuleux. Rappelons pour mémoire que le Président Mitterrand supprima du Code Pénal Français l'incrimination délictuelle de présager de l'avenir contre de l'argent, plus de 50 ans après les poursuites intentées contre le Fakir, pour des motifs d'opportunité.


Le Fakir est le précurseur avant gardiste de l'astrologue des temps modernes, homme complet de communication et de transmission. Jaloux de son succès, les différentes chapelles de l'astrologie Française dite "savante", propagèrent le terme d'infamie de la presse bien pensante d'avant guerre "l'escroc birman" afin de ternir et souiller sa mémoire définitivement pour les générations futures. Alors que le Fakir, par son exemple professionnel, et ses créations, leur laissa un trésor pour débuter dans la carrière. Les jeunes astrologues fraichement émoulus, n'ayant pour s'exprimer que les colonnes de la rubrique de l'horoscope de presse, devraient afficher en fond d'écran sa photo de barbu attifé en tenue de Laurence d'Arabie comme une icone à révérer. Car c'est grâce à lui, pionnier inventeur de cette rubrique en 1932, qu'ils perçoivent leurs premiers salaires, partout dans le monde, en se mettant le pied à l'étrier en rédigeant ce style de prévisions quotidiennes.


Le Fakir, dont les origines restent encore un mystère, est parti le vendredi 12 décembre 1952 à 18 heures, dans les circonstances obscures d'un dernier exercice tragique de fakirisme, la pendaison. Auparavant il s'était investi dans trois nouvelles affaires. Une prise de participation dans une maison d'éditions parisienne. Le lancement, dès 1942 d'une société, et d'une marque, que bien des femmes connaissent dans le monde entier : Barbara, la gamme de lingerie réputée. L'exercice de la profession d'Agent de Publicité. Apportant ainsi la preuve éclatante qu'après un septennat de fakirisme il existait une autre vie, d'autres succès, et surtout qu'en se lançant dans les affaires, l'accusation d'escroc autant immérité qu'injuste lancée à son encontre, il conservait la faculté d'inscription au Registre du Commerce pour l'exercice d'activités honorables et reconnues dans le monde des entreprises.


L'annonce de son décès, ignorée en France par Paris Match en décembre 1952, fut en revanche publiée dans le monde entier par les agences de presse. Saluant unannimement la disparition d'une emminente  et fameuse personnalité Française ayant fortement impressionné son époque. C'est ainsi que l'auteur de cet article retrouva des coupures de presse, au fin fond des villes paumées des Etats Unis, illustrées de la photo du Fakir.


Lorsqu'une vedette internationale de l'astrologie est Française, il convient de la célèbrer avec tout le respect et l'honneur qu'il convient, notamment les générations à venir d'astrologues, lesquelles lui sont redevables de disposer de deux colonnes d'horoscopes journaliers afin de prétendre à un premier salaire...le Fakir oeuvra pour la profession d'astrologue, tout autant que Bérose en son temps avec son école sur l'île grecque de Cos. Bérose transmis son savoir. Le Fakir, les moyens d'existence.


gauthier de bruges 02/12 copyright Astroemail












®

"diffusion en matière juridique de renseignements et informations à caractère documentaire

en application de l'article 66-1 de la loi du 31/12/1971 reproduction interdite"

Une - Actualités-Editeur -AstroDiko - Astrosofie - Blog -Culture - Magazine - Legalis - Mystifications - Société


            Médiation Extra Judiciaire  Droits intellectuels Engagement consommateur   Argumentaires

                         

                                       ©2017-2003 Tous Droits Réservés www.astroemail.com  ISSN 2267-2702